Célébration de la journée mondiale de lutte contre le Sida

No. of pages: 1

Publication date: 16 March 2017

Author: Nasser Youssouf

Download

« La lutte contre cette pandémie est un combat d’engagement et d’action, où chacun doit jouer son rôle pour une riposte appropriée » a déclaré  le maire d’Itsandra Djumwashongo, Mohamed Moustoifa,

De son côté, le chef de  l’Etat a appelé les maires à jouer un grand rôle dans la lutte et la prévention de ce fléau. Selon lui, « l’accent doit être mis sur l’abstinence pour mieux combattre le SIDA». Il n’a pas manqué de remercier les organismes internationaux et les pays qui accompagnent les Comores dans la lutte contre le VIH/SIDA.

Le Président Azali a par ailleurs demandé aux associations et les partenaires qui s’occupent de cette question d’accompagner les personnes atteintes du SIDA et en tirer les leçons

Prenant la parole, le gouverneur de l’île de Ngazidja, Hassani Hamadi, a indiqué que le pays a connu une augmentation progressive de la maladie passant de 0,05% à 5 cas en 2009 et puis augmenté à 26 cas en 2010 et enregistre aujourd’hui 14 nouveaux cas en 2016. Au total, nous nous trouvons avec un cumul de 217 personnes touchées par la maladie avec 65 décès.

Pour sa part, la représentante de l’Oms aux Comores, Maria Da Sylva Soares, a fait savoir que l’OMS a publié de nouvelles lignes directrices sur l’auto-dépistage pour améliorer l’accès au diagnostic du Vih et son utilisation effective.

Selon elle, des millions de personnes ayant le Vih ne bénéficient pas toujours de traitements indispensables. «L’auto-dépistage du Vih est un moyen d’atteindre davantage des personnes dont l’infection n’est pas diagnostiquée et il représente une avancée pour leur donner les moyens d’agir pour poser les diagnostics en stade plus précoce avant qu’elles ne tombent malade, pour approcher les services de là où les gens vivent».

Il faut retenir que l’UNFPA joue son rôle dans la lutte contre le VIH SIDA en collaboration avec le gouvernement et les associations partenaires comme l’ASCOBEF et FCAS. Les préservatifs fournis par l’UNFPA et UK-AID sont distribués gratuitement dans les centres de santé, les centres jeunes, les points focaux des associations dans les différentes régions. L’UNFPA accompagne aussi ces associations dans les campagnes de sensibilisation et les opérations de dépistage volontaire et anonyme.