Actualités

Célébration de la Journée internationale de la jeunesse : Les jeunes sensibilisés pour être responsables de leur corps, de leur vie et du monde.

3 septembre 2019
Assistance à la cérémonie de la journée internationale de la jeunesse

C’est dans la ville de Domoni Anjouan où a été célébrée officiellement la journée internationale de la jeunesse en présence du ministre de la jeunesse qui a parrainé cette cérémonie. Cette année la journée a été célébrée un peu en retard aux Comores car le 12 Août  coïncidait avec l’Aid Elkabir.

Le thème retenu cette année est « Transformer l’éducation » met l'accent sur les efforts visant à rendre l'éducation plus pertinente et inclusive pour tous les jeunes, y compris les efforts des jeunes eux-mêmes. 

Dans son discours, le ministre de la jeunesse a montré l’importance de l’éducation de base et a appelé les jeunes au respect d’autrui, l’engagement civique des citoyens et la culture de la paix. Il a salué l’engagement du Gouvernement de l’Union des Comores sur les efforts qu’il déploie pour la scolarisation des enfants.

Il a en outre apprécié l’engament du système des Nations Unies à travers l’UNFPA d’avoir apporté sa contribué à la mise en place de la Politique Nationale de la Jeunesse en 2017 « Le gouvernement de l’Union des Comores  vient de s’approprier la Politique Nationale de la Jeunesse (PNJ) qui est un document cadre de référence de placer la jeunesse au cœur des politiques publiques et d’étendre leur participation effective au processus de l’émergence du pays ». 

 

Des promesses en faveur des jeunes

Quant au représentant des jeunes Anloui Said Mohamed ancien Président du Réseau des Jeunes Leaders pour la Paix, il a demandé au ministre de prendre en compte leurs doléances les plus urgentes à savoir:

  • La mise en place du Conseil national de la jeunesse sans délai
  • Le maintien de la paix et de la cohésion sociale dans notre pays
  • La création d'emploi des jeunes et la facilitation d’accès aux crédits pour  la création d’entreprise
  • L'accès des jeunes à l’éducation pour tous et aux services de santé sexuelle et reproductive
  • Et la participation des jeunes aux instances de prise de décision.

Dans ces revendications, le ministre a promis aux jeunes de mettre en place le Conseil Nationale de la Jeunesse d’ici la fin de  cette année.

 

« Mon corps, ma vie, mon monde » une nouvelle stratégie dédiée à la jeunesse

L’Assistant Représentant de l’UNFPA monsieur Mamadou Boina Maécha a profité de l’occasion pour présenter à l’assistance la nouvelle stratégie des adolescents et des jeunes de l’UNFPA « Mon corps, ma vie, mon monde ». Cette stratégie vise à émanciper les jeunes et leur permettre de faire leurs propres choix et décider eux-mêmes de leur avenir. C’est dans cette initiative que les jeunes pourront à leur tour transformer le monde.

 

Le nouveau concept « Mon corps, ma vie, mon monde » est conforme au Plan stratégique 2018-2021 de l’UNFPA et à la stratégie des Nations Unies pour la Jeunesse 2030 » a-t-il ajouté.

Il s’agit de permettre aux jeunes à avoir accès à des services et à des informations de santé sexuelle et reproductive intégrés pour tous les adolescents et les jeunes, à prendre  en compte les déterminants de la santé et du bien-être des adolescents et des jeunes, en particulier les filles, faire respecter leurs droits et investir dans le capital humain  et permettre la participation systématique et significative des adolescents et des jeunes au développement durable, à l'action humanitaire et au maintien de la paix.

Monsieur Mamadou n’a pas manqué de souligner l’importance d’aider les jeunes notamment les  filles à être responsables de leur corps en évitant les mariages d’enfants. Dans cette occasion, il a demandé à l’assistance de participer à la marche pacifique contre les mariages précoces prévu dans l’après-midi après cette cérémonie et aux séances de sensibilisation dans la région du Nyumakelé où plusieurs filles sont mariées avant l’âge de 18 ans.

Le lendemain une équipe de l’UNFPA et des membres des associations des jeunes et des femmes se sont rendus au marché d’Adda et à l’école primaire de Mrémani pour sensibiliser la population sur les conséquences des mariages d’enfants. La population locale a accueilli favorablement ce partage d’expérience.