Vous êtes ici

L’UNFPA remet la première clinique mobile aux Comores au gouvernement

C’est à Mutsamudu dans l’Île de Ndzuani où la première clinique mobile aux Comores a été remise à madame Loub Yakouti Athoumane ministre de la santé par monsieur Serge BOUNDA, Directeur Pays de l’UNFPA.

En effet, la ministre de la santé a inauguré officiellement la toute première clinique mobile aux Comores à Anjouan lors d’une grande cérémonie organisée au foyer JAFF de Mutsamudu en présence du Gouverneur de Ndzuani, du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, du Directeur Pays de l’UNFPA, des professionnels de la santé et des représentants communautaires.

C’est un véhicule doté d’équipements dignes d’un centre de santé fixe. Il s’agit d’un mini bus type 2 WD, RENAULT MASTER FG 3500 L2H2 tenant lieu de salle de consultation bien équipée d’une échographie et d’un point d’eau. La salle est climatisée et dispose également de ventilateur sur pied en cas de dysfonctionnement des climatiseurs. L’ensemble est alimenté par deux circuits au choix  soit un générateur de 2 KVA alimenté à l’essence ou le raccordement au réseau électrique conventionnel si possible.  

 

Cette clinique mobile va améliorer l’accès aux soins de base pour les populations des localités les plus éloignées.

« C’est une approche novatrice aux Comores et un outil puissant qui permettra de pallier aux difficultés d’accès aux services de santé de la reproduction dans certaines localités et d’accéder à des soins de qualité et gratuits » a déclaré le Directeur pays de l’UNFPA monsieur Constant-Serge BOUNDA.

Parmi les soins de santé de base préventifs et curatifs pouvant être fournis par cette clinique mobile l’on peut citer entre autres, les
consultations prénatales, la planification familiale, la pratique de l’échographie obstétricale,  la vaccination, la nutrition,  les activités de sensibilisation sur le VIH, la prise en charge des cas de violence sur le genre,…

Cette clinique mobile est une bonne initiative qui permettra aux populations défavorisées des zones éloignés du pays de pouvoir bénéficier des soins de qualité et gratuits.

« Ces prestations sont gratuites à l’exception de l’échographie obstétricale qui sera à un prix symbolique accessible à toutes les couches sociales » a précisé madame la ministre.

Elle n’a pas manqué d’inviter le personnel chargé de la gestion de cette clinique à faire preuve de professionnalisme, de pragmatisme et de rigueur pour mener à bien cette noble et délicate mission.

 

De son côté, le gouverneur de l’ile a salué cette initiative qui permettra de réduire significativement les tentatives d’évacuations sanitaires d’urgences vers les centres de santé de référence qui sont parfois dramatiques.  « Ce don constitue une preuve de l’importance qu’accorde l’UNFPA au bien-être de notre population, essentiellement à celle de la mère et de l’enfant. C’est aussi une confirmation que la coopération entre l’UNFPA et notre pays demeure forte et réfléchie » s’est il réjouit.

A noter que dès cette semaine, le personnel recruté pour la clinique va commencer les descentes sur terrain pour faire les consultations prénatales, la pratique de l’échographie, la planification familiale,…

NY